Vos questions fréquentes

Quel est le périmètre de Bordeaux Euratlantique ?

Le territoire d’Euratlantique s’étend sur Bordeaux, Bègles et Floirac, sur les deux rives de la Garonne, au-delà des quartiers situés en proximité immédiate de la gare Saint-Jean.

L’Opération d’Intérêt National (OIN) couvre 738 hectares, soit une superficie sensiblement équivalente à celle d’une commune comme Arcachon. Sa délimitation, arrêtée en 2010 par décret ministériel, correspond à la zone d’influence démographique et économique induite par l’arrivée de la LGV (ligne à grande vitesse). « L’effet LGV », déjà observé dans d’autres métropoles comme Lille et Lyon, doit être accompagné pour améliorer durablement le cadre de vie et contribuer au rayonnement de la métropole bordelaise : c’est la mission de l’établissement public d’aménagement Bordeaux Euratlantique.

 

Comment le projet Bordeaux Euratlantique est-il financé ?

Le projet Bordeaux Euratlantique est financé par la création de valeur liée à l’aménagement (ventes de terrains, fiscalité) et par un investissement public de 100 millions d’euros.

Sur toute la durée du projet, l’engagement financier de Bordeaux-Euratlantique est évalué à plus de 800 millions d’euros. Pour accompagner cet effort, les partenaires publics investissent 100 millions d’euros répartis de la façon suivante : 35 % de l’Etat,  35 % de Bordeaux Métropole, 20 % de la ville de Bordeaux, 7 % de la ville de Bègles et 3 % la ville de Floirac.

Le reste des dépenses engagées (acquisitions des terrains, dépollutions, viabilisations, études, réalisation des espaces publics) est couvert par les recettes liées à la vente des terrains viabilisés et à la fiscalité attachée aux opérations d’aménagement.

En outre, les équipements publics (écoles, gymnases, bibliothèques, etc.) sont financés par les collectivités locales et développés sur des terrains appartenant à Bordeaux Euratlantique.

A terme, l’investissement privé  généré par le projet est estimé à 5 milliard d’euros. Cet investissement résulte du développement économique du territoire, de la promotion immobilière, des nouveaux logements, etc.

 

Où et comment acheter un appartement ?

Sur le marché du neuf, les biens immobiliers construits à Euratlantique sont vendus pas les promoteurs qui conduisent de nombreux programmes. . Ceux sont les interlocuteurs à privilégier.

Bordeaux Euratlantique mène une politique volontariste de maîtrise des prix des logements sans concession sur leur qualité. Ainsi, sur le territoire de l’Opération d’Intérêt National, les prix au m² collent à ceux constatés dans la métropole en 2016 avec comme moyenne par opération immobilière un prix de vente de 3600 € TTC par m², hors parking.

 

Combien coûte un logement ?

Les prix du neuf varient en fonction des quartiers et du type de bien.Ils sont disponibles auprès des promoteurs Le prix moyen par programme est en revanche encadré par Bordeaux Euratlantique.

Bordeaux Euratlantique mène une politique volontariste de maîtrise des prix des logements sans concession sur leur qualité. Bordeaux Euratlantique fixe un prix moyen maximal par opération de 3600€ TTC/m² hors parking, qui correspond à la moyenne constatée sur la métropole. Dans ces opérations on trouve des dispositifs de logement abordable à 2780€/m² ; accessibles sous conditions de ressources.

Et le MIN, que devient-il ?

Le Marché d’Intérêt National (MIN) conserve son activité sur son site actuel.

Au cœur du nouveau quartier de l’ARS, le MIN cohabite avec les immeubles résidentiels. Des zones tampons situées entre le MIN et les logements permettent de réduire les nuisances liées aux manutentions pour les riverains. Ces zones tampons sont constituées essentiellement d’immeubles de bureaux.

Bordeaux Euratlantique souhaite maintenir et même développer les activités productives en centre-ville. La papeterie de Bègles et l’Atelier Industiel de l’Aéronautique à Floirac sont soumises à des contraintes similaires et répondent aux mêmes enjeux : préserver les emplois et favoriser la mixité fonctionnelle en centre-ville.

 

Comment les décisions sont-elles prises au sein de Bordeaux Euratlantique ?

Bordeaux Euratlantique est un établissement public d’aménagement dont le conseil d’administration comprend des représentants de l’Etat et des Collectivités territoriales.

Six membres représentent l’Etat et sont désignés par les ministres chargés de l’urbanisme, du logement, du budget, des transports, de l’environnement et des collectivités territoriales.

Six membres représentent les collectivités territoriales : Bordeaux Métropole, les communes de Bordeaux, Bègles et Floirac, le département de la Gironde, la région Nouvelle Aquitaine. Le conseil d’administration est actuellement présidé par Virginie Calmels, vice présidente de Bordeaux Métropole. Elle a succédé à Josy Reiffers, Vincent Feltesse et Alain Juppé.

Au quotidien, une équipe d’une quarantaine de personnes assure le fonctionnement de l’établissement sous l’autorité du directeur général, nommé par arrêté ministériel.

 

Comment est-il possible de construire en zone inondable, comme c’est le cas sur la rive droite ?

Différents procédés permettent d’intégrer le risque d’inondation dans un projet urbain. Par exemple, les espaces publics peuvent servir de cuvette pour accueillir ou canaliser l’eau en cas de forte crue de la Garonne.

Le risque d’inondation constitue le paramètre central du projet urbain Garonne Eiffel, rive droite. La survenue d’une crue de la Garonne est très probable. De ce fait, Bordeaux Euratlantique développe un quartier résilient qui, lors d’une inondation, peut accueillir en sécurité les personnes et diminuer les risques (hauteur et vitesse d’eau) pour les quartiers existants sur la Plaine de Rive droite.

Trois axes majeurs structurent le projet Garonne Eiffel :

-l’utilisation des espaces publics (ex. le Parc Eiffel) comme couloirs d’écoulement ou comme bassins de rétention des eaux ;

-l’application de mesures fortes sur les projets immobiliers (côtes de seuils imposés par le projet pour les planchers bas, espaces de rétentions sur chaque parcelle, définition de zones non constructibles etc.) ;

-le renforcement de la digue sur les berges de la Garonne rive droite.