Retour d’expériences 2010-2019 sur le territoire de l’OIN

Alors que Bordeaux Euratlantique se situe quasiment à mi-parcours, il nous semblait important de prendre du recul sur l’évolution des pratiques induites par l’opération, tant pour l’aménageur public que nous sommes que pour nos partenaires publics et privés.
Cette prise de distance est une condition essentielle du succès des démarches que l’on regroupe parfois improprement sous le terme « innovation ». « Innovation » que des acteurs de l’immobilier et de la ville en mal de reconnaissance réduisent parfois trop au rang de simple argument marketing.

Ce regard rétrospectif interroge certaines intuitions et réserve quelques surprises. Il livre surtout quelques repères précieux au moment où Bordeaux Euratlantique s’apprête à se projeter dans la décennie à venir. :

  • Par l’ampleur du chemin parcouru tout d’abord ; la diversité des sujets abordés, les résultats, pour beaucoup tangibles : tout cela nous a sincèrement surpris, et c’est bon signe ! Au quotidien, innover n’est pas un objectif en soi. Il s’agit plutôt d’un moyen de répondre aux enjeux qui se présentent à nous, sans les esquiver, sans les détourner, et sans nous réfugier dans le réflexe stérile du « on a toujours fait comme ça».
  • Ce travail nous rappelle par ailleurs qu’innovation ne rime pas toujours avec technologie ou investissements lourds. Relever les défis qui jalonnent la réalisation d’une OIN comme Bordeaux Euratlantique appelle souvent la production de réponses sobres, en moyens techniques et en moyens financiers.
  • Enfin, on ne fait rien seuls ! Sans la relation de confiance nouée depuis l’origine avec les services de l’Etat, des collectivités territoriales, avec les entreprises, avec les habitants, etc. ce recueil serait sensiblement moins riche en enseignements.

A feuilleter ici 297x210-EURATLANTIQUE_RECUEIL_128P_Mai 2019