Garonne-Eiffel Bordeaux Floirac

Le projet urbain « Garonne Eiffel » sur la rive droite de la Garonne, de Bordeaux à Floirac

  • Sur la rive droite, une nouvelle entrée de métropole avec des équipements d’agglomération et une programmation tertiaire prolongeant le centre d’affaires ;
  • Un projet intercommunal entre Bordeaux et Floirac connecté par trois ponts et une passerelle à la rive gauche ;
  • 9 quartiers anciens et nouveaux valorisant le passé du territoire par une programmation à forte dominante logements, entre berges de la Garonne et Coteaux ;
  • 2 kilomètres de façade sur la Garonne pour contempler la ville de pierre du XVIIIème classée au patrimoine de l’UNESCO ;
  • Un projet urbain construit à partir d’éléments remarquables patrimoniaux et paysagés du site.

Infrastructure et Nature composent le couple structurel du territoire Garonne Eiffel. L’infrastructure existe, la nature uniquement en limite : la Garonne, les coteaux boisés.

La stratégie est de confier à la nature la transformation de l’infrastructure avec comme axes de composition, les niveaux de crues et une série de jardins naturalistes et utilitaires.

Le 9 décembre 2011, le jury du concours a retenu l’équipe pluridisciplinaire, mandataire TVK architectes urbanistes avec laquelle l’EPA a signé un accord-cadre pour la mise en œuvre du projet urbain sur une durée de 9 ans.

Plan guide (en évolution permanente) :

 

Un projet intercommunal

L’Opération d’Intérêt National permet la mise en oeuvre d’un projet urbain à cheval et en commun sur Bordeaux et Floirac. Même si les problématiques urbaines n’ont pas toujours été les mêmes, il s’agit aujourd’hui d’affirmer le même objectif : apporter à la rive droite de la Garonne une identité urbaine contemporaine et une qualité de vie reconnue.

2 kilomètres de façade sur la Garonne

La principale ambition du projet est de réaliser une nouvelle « nature », un paysage intégrant les espaces publics, desservant les quartiers et transformant la réalité des infrastructures routières et ferroviaires.

Le Parc Eiffel, emblématique de cette ambition, participera de la composition d’un vaste paysage coulant des coteaux de Floirac vers les berges de la Garonne, rive droite et rive gauche en dialogue.

Ce parc permettra une gestion naturelle des nuisances sonores liées aux infrastructures, sera une solution naturelle pour le stockage des eaux en cas d’inondation et un site dédié à la dépollution des sols durant les travaux, le tout dans une logique de gestion durable.

Une importante programmation de logements sur la rive droite

L’enjeu du logement est au centre du projet urbain : 7 500 logements seront construits qui accueilleront près de 12 500 personnes. Une ville plus dense se développe en rive droite avec ses fonctions et ses services, tout en conservant certaines typologies de faubourg. L’offre en logements sera diversifiée, adaptée aux nouvelles manières d’habiter, en particulier des familles, dans le respect de la mixité sociale.

Plusieurs quartiers :

Certains existent déjà, aujourd’hui peu habités, d’autres seront nouvellement créés. Ils développeront différentes formes urbaines et densités.

La typologie des parcelles en lanières perpendiculaires au fleuve sera revisitée avec des ouvertures pour des espaces publics paysagés.

Des architectures remarquables qualifient déjà fortement ce territoire (caserne des pompiers de la Benauge, maison de Calixte Camelle, halle Desse, etc), elles participeront de la nouvelle histoire en cours d’écriture.

Une nouvelle réglementation en matière d’inondation

Les rives de la Garonne sont exposées à l’aléa inondation et sont protégées depuis plusieurs années par la construction de digues de part et d’autre du fleuve. Les dégâts causés par la tempête Xynthia ont généré de nouvelles réglementations dont l’entretien des digues (négociation en cours entre l’État et la CUB sur le portage financier). Au vu des premiers résultats de l’étude hydraulique, le projet pourra se réaliser après rénovation des digues.

Le « Belvédère » une entrée de métropole

Un quartier à forte dominante de bureaux sera implanté en façade du Parc Eiffel, en tête du pont Saint-Jean (et à proximité directe de 2 autres ponts), en belvédère sur la Garonne et le Bordeaux XVIIIe, en cohérence et en connexion directe avec le centre d’affaires de la gare Saint-Jean.

en savoir plus sur le Belvédère

Place du Belvedere du haut

PROGRAMMATION ET CALENDRIER

La programmation

126 hectares – 300 000 m² d’espaces publics / 100 hectares mutables :

  • 870 000 m² de surface de plancher :
  • 150 000 m² de bureaux,
  • 600 000 m² de logements,
  • 50 000 m² d’activités,
  • 30 000 m² d’équipements publics,
  • 20 000 m² de commerces,
  • 20 000 m² d’hôtels.

Les premières dates :
Dossier de création de ZAC : 2016
Début des travaux d’infrastructures et des projets immobiliers : fin 2015

  • La séquence Deschamps du parc aux angéliques

Le Parc des berges sur le secteur Deschamps fait l’objet d’un protocole entre la Ville de Bordeaux et l’EPA. Ce parc permet de reconquérir et donc de s’approprier les berges du fleuve avant la mise en œuvre des différents quartiers.

2014-2015 : travaux de la première séquence entre le pont de pierre et le pont Saint-Jean
Parc inauguré le 10 octobre 2015

  • Un siège social emblématique de l’ambition tertiaire de la rive droite

Le Groupe Fayat, 4e groupe français du BTP, déjà partiellement implanté sur ce site, va positionner son siège social (15 000 m²) au plus près du pont de pierre. Ce projet économique lancera le programme tertiaire de la rive droite en cohérence avec le centre d’affaires commencé en rive gauche. En savoir plus

Travaux : 2017-2019

  • La relocalisation des pompiers de la rive droite

La nouvelle caserne du SDIS (Service Départemental d’Incendie et de Secours) s’installera sur le secteur Deschamps à l’intérieur du périmètre du plan guide.
2014 : concours d’architecture
2018 : travaux