La Ruche Habitat Participatif

Optimiser les espaces, rendre le logement abordable et s’inscrire dans une démarche citoyenne, l’habitat participatif se fonde sur une nouvelle manière de concevoir l’habitat. Ce type d’habitat permet aux futurs habitants de se réapproprier la conception du bâti, de l’espace et du vivre ensemble, et d’être réellement parties prenantes pour disposer d’un habitat à la mesure de leurs besoins et de leur mode de vie.
La ville de Bègles et l’Etablissement Public d’Aménagement Bordeaux-Euratlantique, se sont inscrits dans cette démarche innovante en lançant le projet de La Ruche sur leur territoire, en partenariat avec la Société Coopérative immobilière Axanis, filiale « accession sociale » d’Aquitanis et avec l’accompagnement d’un assistant à la maîtrise d’ouvrage “CERISES” (Centre européen de ressources
sur les initiatives solidaires et les entreprises sociales).

Sur une parcelle de 1.390 m², située 102 avenue du Professeur Bergonié, au sud du stade Moga, dans le périmètre de l’Opération d’intérêt national Bordeaux-Euratlantique, 11 ménages se sont choisis pour concevoir ensemble un cadre d’habitation qui réponde aux besoins de chacun. Il s’est agi de créer un lieu de vie propice à l’échange et à l’ouverture, rendu possible par un désir commun d’un
bien-vivre chez soi tout en partageant des espaces de vie collectifs (salle mutualisée, buanderie, solarium, jardin et potager). Outre une logique de partage et de solidarité entre habitants, cette mutualisation permet aussi de réduire les prix de l’accession et les charges tout en garantissant aux habitants la jouissance d’un logement qualitatif sans mètres carrés inutiles.

 

LE PROJET

Imaginé par les habitants et le cabinet Dauphins Architecture, il compte 11 logements répartis sur deux bâtiments, 7 logements sur trois niveaux, d’une surface habitable totale de 530 m², composent le premier bâtiment donnant sur l’avenue Bergonié. En rez-de-chaussée, les habitants disposent d’une salle mutualisée de 70 m², d’un jardin collectif et au R+2 d’un espace buanderie de 5 m². La toiture est en partie solarium.
Le deuxième bâtiment, sur deux niveaux, en fond de parcelle, contient 4 logements pour une surface habitable totale de 330 m².
Les deux bâtiments s’ouvrent sur des jardins collectifs d’une superficie de 560 m².
La sobriété énergétique est au centre de cette construction, en ossature bois et remplissage paille.
La Ruche bénéficie d’une situation privilégiée, avec une desserte par les transports en commun (la station de tram Calais-Centujan qui sera en fonction en mars prochain est toute proche), à proximité immédiate des équipements sportifs, culturels et sociaux de la ville.

L’accompagnement d’Axanis :
Depuis sa création en 1952, Axanis a toujours défendu un accès à la propriété par le plus grand nombre dans les meilleures conditions. C’est donc tout naturellement qu’aujourd’hui la coopérative immobilière propose d’accompagner des groupes d’habitants dans la mise en oeuvre de projets d’habitat participatif sur différentes communes de l’agglomération bordelaise, en privilégiant des approches respectueuses de l’environnement. L’EPA Bordeaux-Euratlantique et son partenariat Axanis ont cherché et mis à disposition un terrain et initie la démarche d’habitat participatif en pilotant la constitution du groupe de futurs accédants. Axanis a assuré l’animation du projet et l’accompagnement du collectif à travers les étapes successives : la définition du projet, la formalisation juridique de la société d’habitat participatif, le choix du maître d’oeuvre (architecte), la prise en charge de la maîtrise d’ouvrage (suivi du chantier jusqu’à la livraison).

Le film du projet :

Zoom sur la loi ALUR :

La Loi ALUR (Loi pour l’accès au logement et un urbanisme rénové) adoptée par le parlement le 20 février 2014 reconnaît une pleine existence au mode d’habitat participatif en précisant :
L’habitat participatif est une démarche citoyenne qui permet à des personnes physiques de s’associer, le cas échéant avec des personnes morales, afin de participer à la définition et à la conception de leurs logements et des espaces destinés à un usage commun, de construire ou d’acquérir un ou plusieurs immeubles destinés à leur habitation et, le cas échéant, d’assurer la gestion ultérieure des
immeubles construits ou acquis.
La loi ALUR sécurise l’habitat participatif en créant un statut juridique adapté (la société d’habitat participatif) qui vient simplifier les démarches des groupes d’habitants tout en préservant une certaine souplesse pour favoriser la diversité des projets.