Notre métier

Un établissement public d’aménagement (EPA) est en France un type EPIC (Etablissement public à caractère industriel et commercial), qui consiste en une structure opérationnelle sous l’autorité de l’État ayant pour vocation de réaliser des opérations foncières et d’aménagement pour le compte de celui-ci, d’une collectivité territoriale ou d’un établissement public.

Nos missions :

Aménager un vaste territoire entre les deux rives de la Garonne

L’importance du gisement foncier, mobilisable à court, moyen et long termes au sein ce périmètre, situé au cœur de l’agglomération et sur les deux rives de la Garonne, imposera d’assurer une synergie entre l’existant, les différents projets engagés et le devenir de ces sites mutables.
L’Établissement public d’aménagement aménagera ce territoire avec un objectif d’économie de consommation du foncier et des ressources.

Repeupler le cœur de l’agglomération et créer des équipements

25.000 habitants vivent actuellement sur le territoire de Bordeaux Euratlantique ; jusqu’à 30 000 nouveaux habitants y seront accueillis à terme.
Pour cela, il convient de leur offrir une ville ouverte, accueillante et accessible à tous.
L’aménageur sera extrêmement attentif à la mixité des opérations qu’il conduira dans chacun des quartiers. Les objectifs de la programmation sont les suivants : 25 % de locatifs sociaux, 10 % de locatifs intermédiaires, 20 % en accession sociale, 45 % en accession privée. L’objectif de l’Établissement public est d’offrir pour ces logements un rapport surface/qualité/prix optimum.
La programmation des équipements publics ciblera des équipements de proximité, participant à l’intensité urbaine, avec la recherche d’un rapport équilibré entre le coût d’investissement et d’entretien et leur qualité d’usages.

Créer un modèle du développement durable cohérent avec notre climat et nos modes de vie

Cette opération est l’occasion de développer une stratégie de l’aménagement urbain qui réponde aux enjeux du développement d’une ville durable. L’application de principes de développement durable (gestion de l’eau, bruit et nuisances, énergie, paysage, qualité du sol, biodiversité, déchets, espaces publics, conception des bâtiments, déplacements…) donnera lieu à des réponses multiples. Il sera tiré parti de l’ensemble des échelles de réflexion pour intégrer au mieux les futurs constructions et quartiers dans le site, au profit d’une limitation de l’empreinte écologique de l’opération et du confort des usagers du territoire.

Créer des espaces verts et ouvrir vers le fleuve

Le développement ou la création de nouveaux quartiers imposera en retour l’offre d’une nature ouverte sur la ville : 50 ha d’espaces verts différenciés seront aménagés (parcs, squares, cheminements paysagers et coulées vertes…).
Située de part et d’autre de la Garonne, l’opération entretiendra évidemment un rapport particulier à l’eau, d’abord dans les ouvertures qui seront créées vers le fleuve, mais aussi par la prise en compte d’éléments techniques peu visibles et importants (limitation des imperméabilisations, contrôle des ruissellements, prise en compte des inondations).

Contribuer au foisonnement culturel et au développement des activités créatives

Nouvelle centralité d’agglomérationBordeaux Euratlantique est d’ores et déjà un territoire de vie et d’expressions culturelles. Il est irrigué par des lieux de cultures, qu’il faudra renforcer et articuler en s’appuyant sur les identités, les histoires et les attentes de tous les acteurs.

Développer un centre d’affaires pour renforcer l’attractivité de la métropole bordelaise

Classée au 39e rang des villes européennes, la métropole bordelaise revendique l’ambition d’atteindre progressivement le 20e rang. Bordeaux Euratlantique, en développant l’attractivité tant économique que résidentielle, sera un accélérateur de cette métropolisation et confortera ses fonctions d’échanges, de services et d’innovation.