Filière bois construction

Dans le cadre du développement de l’Opération  d’Intérêt National , l’EPA Bordeaux-Euratlantique a engagé une stratégie d’ampleur afin d’accompagner la structuration de la filière bois construction, notamment en partie structurelle. L’ambition est de pouvoir générer des créations d’emplois, préférentiellement dans la région Nouvelle Aquitaine (regroupant les anciennes régions Aquitaine, Poitou Charentes et Limousin).

Pour ce faire, au sein du territoire de l’OIN, l’EPA entend consacrer un volume minimum de surface de plancher en bois construction (structure et enveloppe – hors parement) de l’ordre de 25 000 m² par an.

Le premier projet de construction bois est porté Pichet Promotion, qui avec son programme de bureaux  « Perspectives » lancera une série de projets de belle hauteur. Dans la continuité des premières opérations de moyenne hauteur en bois construction sur l’OIN, l’EPA a lancé un appel à projet mi 2015 pour la réalisation d’un immeuble d’environ 50 mètres en structure bois, afin d’offrir une opération démonstratrice du savoir-faire de la filière bois construction en France. Neuf équipes composées de maitres d’ouvrage (promoteur/bailleur), concepteur (architectes/bureaux d’études) et entreprises bois ont remis une offre fin 2015. Le lauréat a été Eiffage avec Woodeum, pour le projet Hyperion, conçu par l’architecte Jean-Paul Viguier.

 

Immeubles en ossature bois : développer la filière bois et lutter contre le réchauffement climatique

Bordeaux Euratlantique souhaite accompagner ce nouveau mode de construction innovant qui s’appuie sur une filière importante de la grande région.

Après la livraison des premiers immeubles dès 2016 les Bordelais pourront découvrir en 2020 un immeuble à ossature bois de 50 mètres de hauteur (Hyperion). Une première urbanistique pour un matériau encore peu utilisé dans la construction d’immeubles et encore jamais en France dans cette hauteur (50 mètres, 17 étages). Jusque là en effet, le bois était essentiellement réservé à la papeterie ou à la fabrication de parquets et de meubles malgré des qualités indéniables comme matériau premier dans la construction. « C’est une ressource durable dans la mesure où l’on utilise une démarche de gestion raisonnée des forêts, son utilisation induit bien moins de nuisances que le béton en bruit et en poussière, ce qui est important quand on construit en centre ville comme c’est le cas ici» explique la responsable du développement durable à l’EPA Bordeaux-Euratlantique.

Un appel à la filière bois locale

Un matériau noble, durable mais également une ressource locale. Avec à ses portes la plus grande forêt d’Europe -1,8 million d‘hectares- l’agglomération bordelaise dispose d’une incroyable richesse. Près de 40 000 emplois et plus de 13 200 établissements vivent de son exploitation et de sa commercialisation. En favorisant la construction d’immeubles en structure primaire de bois, l’opération d’aménagement Bordeaux Euratlantique participe au développement de cette filière. « Ce qui est intéressant pour des entreprises, c’est d’avoir une visibilité et des perspectives de marché à moyen terme. C’est ce que leur permet une opération d’aménagement telle que Euratlantique qui se déroule sur 15 à 20 ans : bâtir une stratégie » explique Stéphan de Faÿ, directeur général de l’EPA.

Le bois ne remplacera pas pour autant complètement le béton mais l’innovation consiste surtout à tirer le meilleur parti des deux matériaux et à les marier au mieux avec d’autres, comme le métal. Le bois, par exemple, ne sera pas visible de l’extérieur à cause de son apparence qui noircit avec le temps.