Bordeaux Euratlantique a signé jeudi dernier la convention BIM 2022 au salon Batimat à Paris en présence du Ministre de la Cohésion des Territoires, Jacques Mézard.

Cette charte marque l’engagement opérationnel de l’ensemble de la filière du bâtiment à généraliser l’utilisation de la maquette numérique BIM en 2022 pour la construction neuve.

 Bordeaux Euratlantique a déjà enclenché depuis 2015 avec le CSTB une démarche de recherche et développement sur la conception et la gestion de la ville intelligente à travers le processus BIM, pour le bâtiment et CIM[ii] pour la ville. La signature de cette convention vient renforcer l’engagement de l’EPA dans la transition numérique de ces secteurs. L’enjeu de Bordeaux Euratlantique consiste à initier un processus de rapprochement entre le BIM, le CIM et la 3D communicante afin de permettre la réalisation de réalité augmentée et immersive à partir des projets. Cela pourrait notamment être utile lors de de réunions de concertations avec les habitants. Aujourd’hui, les secteurs de l’OIN les plus avancés sur le sujet sont le Belvédère rive droite et le site Newton à Bègles.

Le plan de transition numérique

Différents acteurs publics dont des EPA, des bailleurs sociaux, des promoteurs, des organisations professionnelles ont signé la convention BIM 2022 qui s’inscrit dans Le Plan Transition Numérique de la filière bâtiment. Ce plan vise à faire connaître et donner envie de recourir au numérique, à accompagner les acteurs dans leur montée en compétence, à donner confiance et créer un écosystème de confiance.

Le processus BIM CIM déployé par Bordeaux Euratlantique porte sur la mise en place de la représentation technique (les parois, les couleurs mais aussi les câbles, les tuyaux, etc.) de la ville et de ses bâtiments grâce à une maquette numérique multi-échelle (BIM, bâtiment et CIM, ville). Arrivé à maturité, le CIM permettra de passer des appels d’offres pour des marchés de travaux publics au travers d’une maquette numérique, puis de faciliter l’exploitation et l’entretien des espaces publics et réseaux ainsi produits. Il est un facteur de compétitivité pour les entreprises qui l’intègrent dans leur process industriel.